Les Hyleks dans Heart of Thorns

de Scott McGough le 16 avril 2015

Dans Guild Wars 2: Heart of Thorns™, la jungle regorge non seulement de mordrems mais aussi de créatures exotiques et mystérieuses, parmi lesquelles les Itzels et les Nuhochs, deux nouvelles tribus hyleks. Luxuriant et foisonnant, l’environnement de la Jungle de Maguuma a influencé les caractéristiques morphologiques de ces êtres qui ont développé leur propre culture.

Les Itzels : petites grenouilles, grandes pattes

Itzel-2

Élancés, et pourvus de longues pattes et de grands yeux, les Itzels ressemblent fortement aux grenouilles arboricoles. Particulièrement colorés, ils passent la majeure partie de leur vie dans la forêt de Maguuma où ils érigent leurs campements. Ils relient entre elles toutes les structures individuelles à l’aide de ponts de corde et de passages, facilitant ainsi la vie en communauté. Parcourant les hauteurs de la canopée, ils s’y dissimulent pour traquer leurs proies. Mélomanes invétérés, ils jouent de nombreux instruments de musique qu’ils fabriquent à partir de matériaux naturels.

Les Itzels considèrent que la vie doit être prise comme elle vient, une philosophie qui s’exprime dans leur vision de la spiritualité. Ils vénèrent Ameyalli, une déesse de la nature qui incarne l’esprit de la jungle, à l’instar de Gaïa par exemple. C’est cette divinité qui détermine le rôle de toute créature au sein du monde naturel. Pour eux, rien n’est intrinsèquement bien ou mal ; seul ce qu’ils ne savent pas encore utiliser peut être dangereux. Le mantra qu’ils répètent à l’envi illustre parfaitement cette philosophie : « La jungle pourvoit à tout. ».

Inspirés par cette jungle nourricière, les Itzels sont d’un naturel optimiste. Si une tempête abat les arbres abritant leur village, au lieu de se lamenter, ils se réjouissent de cette nouvelle source de matériaux et de petit bois. Quand un voyageur s’aventure sur leurs terres, les Itzels font preuve de beaucoup d’hospitalité à son égard. Pour eux, un invité surprise est une occasion unique d’apprendre quelque chose de nouveau ou de faire une bonne action au nom d’Ameyalli.

Les Nuhochs : une force de la nature

Inspiré par les crapauds buffles, le physique des Nuhochs ne pourrait être plus éloigné de celui des Itzels. Robustes et puissants, les Nuhochs sont lents et patauds, mais se distinguent par une force exceptionnelle et une endurance à toute épreuve. Si les Itzels sont d’un naturel enthousiaste et optimiste, les Nuhochs, quant à eux, sont amers et semblent toujours s’attendre au pire. Les Itzels aiment chanter et célébrer la vie dans la jungle, mais les Nuhochs préfèrent entonner de sinistres complaintes retraçant les épreuves qu’ils ont surmontées ou le chemin tortueux qu’ils ont emprunté.

Nuhoch-Village

Les difficultés qu’ils ont rencontrées en s’installant dans la jungle sont probablement à l’origine de leur pessimisme naturel. Après avoir quitté les terres hyleks en quête d’un nouvel habitat, les Nuhochs eurent bien du mal à survivre à l’environnement hostile et aux prédateurs féroces de la jungle. C’est l’hospitalité légendaire des Itzels qui permit aux crapauds buffles de survivre suffisamment longtemps pour s’implanter dans la jungle. Venus au secours d’un éclaireur itzel en détresse, les réfugiés nuhochs furent accueillis sans aucune arrière-pensée par les grenouilles arboricoles qui leur enseignèrent à tirer parti des largesses d’Ameyalli. Avec l’aide des Itzels, les Nuhochs s’établirent dans la jungle et développèrent leur communauté. Rassurés par leur présence, les Itzels cessèrent de redouter autant les nombreux prédateurs de la jungle. Ce partenariat a rapidement évolué en alliance où les deux tribus se soutiennent l’une l’autre et partagent une même culture hylek. Bien entendu, il y a parfois des tensions entre les Nuhochs et les Itzels, mais ils se considèrent comme membres d’une seule et même famille et se viennent toujours en aide en cas de problème.

Les Nuhochs ont adopté l’attitude des Itzels à l’égard de la jungle et de la déesse Ameyalli, mais ils sont naturellement plus enclins à considérer que l’adversité est un défi et non une bénédiction. Cette vision du monde transparaît dans les petites avanies qu’ils s’adressent : les Itzels disent des Nuhochs qu’ils sont sinistres et incapables d’éprouver de la joie, et les Nuhochs leur rétorquent qu’ils sont inconscients et incapables de mener à bien la plus simple des tâches.

Combat de grenouilles

En combat, les Itzels comptent sur leur habileté pour traverser la jungle et privilégient l’agilité et la ruse à la force brute. Les Itzels ne refusent jamais de se battre, mais ont recours à des tactiques d’embuscade pour déstabiliser leurs ennemis et se tenir à bonne distance. Arcs, dagues et autres armes légères comptent parmi leurs armes de prédilection, et ils s’en servent pour priver l’ennemi de toute opportunité de contre-attaque.

Tous les Hyleks ont un penchant naturel pour l’alchimie, mais les Itzels sont particulièrement doués pour préparer des potions toxiques à partir de plantes et d’insectes trouvés dans la jungle, et même de leur propre corps. Quand un archer itzel tire une volée de flèches, il place brièvement chaque projectile dans sa bouche avant de l’utiliser, enduisant ainsi la pointe de venin.

Itzel-Bow

Les Nuhochs, quant à eux, ont un style de combat totalement différent. Alors que les Itzels aiment plonger au cœur de l’action pour en sortir en un clin d’œil, les Nuhochs préfèrent bondir pour écraser leurs ennemis avant de se relever et de continuer le combat. Ils manient d’énormes marteaux de guerre et peuvent renverser tout un groupe d’ennemis d’un seul coup de langue.

Les Nuhochs sont également d’excellents alchimistes. Cependant, contrairement aux Itzels, ils ne sont pas spécialisés dans un aspect particulier de cet art et maîtrisent une gamme plus large d’élixirs et de potions. Encore peu accoutumés à la jungle, les alchimistes nuhochs se sont consacrés à l’étude de la flore locale et ont découvert de nouveaux moyens de tirer parti des cadeaux d’Ameyalli.

La vie dans la jungle

Les Itzels et les Nuhochs considèrent que tout dans la jungle a un rôle à jouer. Tout… sauf Mordremoth. Pour les Hyleks de Maguuma, le dragon de la jungle est un intrus qui n’obéit pas à la loi de la nature, un prédateur qui consomme et anéantit ce qu’Ameyalli octroie à tous sans jamais rien offrir en retour. Ils considèrent que les mordrems sont de grotesques caricatures de créatures naturelles et ont rapidement compris qu’il ne fallait laisser aucun Hylek, mort ou vif, entre les griffes des serviteurs draconiques. C’est pourquoi les Itzels et les Nuhochs brûlent leurs défunts aussi rapidement que possible.

Les fanatiques de Zintl représentent un autre type de menace pour les Hyleks de Maguuma. En effet, ces Hyleks sont venus dans la jungle pour forcer les Itzels et les Nuhochs à vénérer Zintl, leur Dieu Soleil. Menés par des Démagogues charismatiques et perchés sur des scarabées géants*, ces fanatiques ont orchestré une campagne d’intimidation pour forcer les Itzels et les Nuhochs à renoncer à Ameyalli et lui préférer Zintl.

Zintl-with-Itzel

Le grand saut

Ceci n’est qu’un aperçu de la culture hylek de « Heart of Thorns », alors commencez à vous échauffer et à pratiquer vos sauts en hauteur ou vous aurez du mal à tenir le rythme. Si vous n’y arrivez pas du premier coup, ne vous en faites pas : Ameyalli est là pour vous aider. Et comme le disent si bien les Itzels et les Nuhochs… La jungle pourvoit à tout.

Et si vous avez envie de discuter de tout cela avec d’autres joueurs, rendez-vous sur forum officiel de l’extension « Heart of Thorns ».

* Les fanatiques de Zintl et leurs scarabées n’utilisent pas de système de monture, ils ne font que partager leurs animations et ne disposent que d’une réserve de santé commune.